Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Eh bien ! rentrons, dit-il.

— Comme tu es pressé ! Restons ici. Tu es tout mouillé. Bien que le poisson ne morde pas, on est vraiment très bien. Vois-tu, toute chasse est agréable parce qu’on se trouve en présence de la nature. Quelle merveille que la pureté de cette eau ! Ce bord de la prairie me rappelle toujours une charade, sais-tu ? L’herbe dit à l’eau : Nous oscillerons, nous oscillerons…

— Je ne connais pas cette devinette, fit tristement Lévine.