Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/312

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII

Le lendemain était un dimanche. Stépan Arkadiévitch se rendit au grand théâtre, à la répétition d’un ballet où il remit à Maria Tchibissova, une jolie danseuse, admise par sa protection dans le corps du ballet, les coraux qu’il lui avait promis la veille ; dans l’obscurité des couloirs du théâtre, il réussit même à embrasser le joli visage de la jeune femme, rouge du plaisir que lui avait causé le cadeau. En outre, il devait convenir avec elle d’un rendez-vous après le ballet. Il lui expliqua qu’il ne pouvait être là au commencement du ballet, mais lui promit de venir au dernier acte et de l’emmener souper. Du théâtre, Stépan Arkadiévitch se rendit au marché Okhotnï, où il acheta lui-même le poisson et les asperges pour le dîner, enfin alla à l’hôtel Dusseau où il avait à voir trois personnes qui, par bonheur, étaient descendues au même