Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Mais en admettant même qu’exceptionnellement des femmes puissent occuper ces situations, il me semble que vous avez mal choisi le terme, ce n’est pas « les droits » qu’il convient de dire mais bien : les devoirs. Chacun sait qu’en exerçant la fonction de juré, de conseiller municipal, de télégraphiste, on remplit un devoir. C’est pourquoi il serait plus juste de dire que les femmes cherchent des devoirs ; au reste c’est tout à fait légitime. Aussi ne peut-on que sympathiser à leur désir de contribuer au travail comme les hommes.

— Parfaitement juste ! confirma Alexis Alexandrovitch. Selon moi toute la question se ramène à ceci : Les femmes sont-elles ou non capables de remplir ces devoirs ?

— Elles le seront probablement quand l’instruction sera répandue parmi elles, intervint Stépan Arkadiévitch. — Nous le voyons…

— Et le proverbe, je puis le dire devant mes propres filles : longue chevelure, court jugement, — dit le prince qui suivait depuis longtemps la conversation et dont les petits yeux moqueurs pétillaient.

— C’était l’opinion qu’on avait des nègres avant leur émancipation, dit méchamment Pestzov.

— Je trouve seulement étrange que les femmes cherchent de nouveaux devoirs, alors qu’il n’est malheureusement que trop fréquent de voir les hommes se soustraire aux leurs, dit Serge Ivanovitch.