Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/391

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Capitonitch, avait un air étrange, il était vêtu d’une vieille redingote, n’avait pas de cravate, et était chaussé de pantoufles.

— Comment va madame ? demanda Alexis.

— Hier, elle a accouché, heureusement.

Alexis Alexandrovitch s’arrêta et pâlit. Il comprit alors, nettement, avec quelle force il désirait sa mort.

— Et sa santé ?

Corneï, en tablier du matin, accourut de l’escalier.

— Ça va très mal, dit-il. Hier, il y a eu consultation de médecins, et actuellement le docteur est encore là.

— Prends les bagages, lui dit Alexis Alexandrovitch, et, un peu soulagé d’apprendre que la mort était encore imminente, il pénétra dans l’antichambre.

Au porte-manteau il y avait un vêtement militaire.

Alexis Alexandrovitch le remarqua et demanda :

— Qui est ici ?

— Le docteur, la sage-femme et le comte Vronskï.

Alexis Alexandrovitch pénétra dans les chambres. Au salon il n’y avait personne. Du boudoir de sa femme sortit la sage-femme en bonnet à rubans lilas.

Elle s’approcha d’Alexis Alexandrovitch, et, avec