Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/413

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Une fois que l’enfant fut calmée, la bonne la posa dans son berceau et, après avoir arrangé ses oreillers, s’éloigna ; Alexis Alexandrovitch se leva alors, et marchant avec précaution sur la pointe des pieds, s’approcha à son tour. Pendant une minute, il regarda l’enfant en silence du même air abattu, puis tout à coup, un sourire déplissa son front et, avec les mêmes précautions, il sortit de la chambre.

Dans la salle à manger, il sonna et ordonna au valet qui entrait d’envoyer de nouveau chercher le médecin. Il était mécontent de voir que sa femme s’occupait si peu de cette charmante créature, et il ne voulut pas aller la voir dans cette disposition d’esprit ; il ne tenait pas non plus à se rencontrer avec la princesse Betsy. Mais craignant que sa femme ne parût étonnée de ce qu’il ne vînt point chez elle comme à l’ordinaire, il prit sur lui et se dirigea vers la chambre à coucher. Comme il s’approchait de la porte, sur le tapis moelleux, il surprit malgré lui une conversation qu’il n’avait nullement cherché à écouter.

— S’il ne partait pas, je comprendrais votre refus et le sien, mais votre mari doit être au-dessus de cela, disait Betsy.

— Ce n’est pas pour mon mari, c’est pour moi-même que je ne le veux pas. Ne me parlez plus de cela, répondit la voix émue d’Anna.

— Comme vous voudrez, mais il est impossible