Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pendant qu’il changeait de côté son frère, qui avait passé ses longs bras maigres autour de son cou, Kitty, sans bruit, retourna vivement les oreillers, les secoua et arrangea la tête du malade dont les rares cheveux étaient de nouveau collés aux tempes.

Le malade retint dans sa main celle de son frère. L’angoisse étreignit Lévine, et quand son frère la portant à ses lèvres la baisa, les sanglots l’étranglèrent et il sortit de la chambre sans pouvoir prononcer un seul mot.