Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/187

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et de Saint-André, et qu’il serait, en conséquence, beaucoup plus indulgent pour la leçon d’aujourd’hui ; puis il se disait qu’une fois grand il recevrait toutes les décorations, même celles qu’on inventerait au-dessus de Saint-André. Dès qu’une décoration serait créée aussitôt il s’en rendrait digne.

Le temps se passa à ces réflexions et quand le professeur arriva, la leçon n’était pas prête, et le professeur parut non seulement mécontent mais affligé. Serge en fut peiné. Cependant il ne se sentait pas coupable ; il avait beau faire, la leçon n’entrait pas dans sa tête. Il paraissait et croyait comprendre ce que le professeur lui expliquait, mais dès qu’il était livré à lui-même il lui était impossible de se souvenir et de comprendre pourquoi tel mot était adverbe. Néanmoins il était triste d’avoir affligé son maître.

Saisissant le moment où le professeur, en silence, cherchait quelque chose dans le livre, il lui demanda :

— Michel Ivanovitch, quand sera votre fête ?

— Vous feriez mieux de penser à votre travail ; quelle importance un jour de fête a-t-il pour un être raisonnable ? C’est un jour comme un autre qu’il faut employer à travailler.

Serge regarda avec attention son professeur, examina sa barbe rare, ses lunettes, et se plongea dans des réflexions si profondes qu’il n’entendit rien de ce que lui expliqua le maître. Il sentait