Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Je viens de la part du prince Skorodoumov, voir Serge Alexiévitch, dit-elle.

— Il n’est pas encore levé, répondit le suisse, l’examinant attentivement.

Anna ne se serait jamais attendue à être ainsi troublée par l’aspect de cette antichambre qui n’avait rien de changé, par cette maison où elle avait vécu neuf ans. Des souvenirs doux et cruels l’un après l’autre s’éveillaient dans son âme, et un moment elle oublia pourquoi elle était là.

— Veuillez attendre, dit Kapitonitch en la débarrassant de sa pelisse.

À ce moment, il regarda son visage, la reconnut et sans mot dire la salua profondément.

— Que Votre Excellence veuille bien entrer, lui dit-il.

Elle essaya de parler, mais la voix lui manqua, et, jetant un regard suppliant au vieillard, d’un pas rapide, léger, elle gravit l’escalier. Kapitonitch la suivit en courant, cherchant à la rattraper, et tout penché en avant, il s’accrochait les pieds dans les marches.

— Le précepteur n’est peut-être pas encore habillé, je vais le prévenir.

Anna montait toujours l’escalier bien connu, ne comprenant pas ce que disait le vieillard.

— Par ici, à gauche, excusez le désordre. Il est maintenant dans l’ancien divan, disait le suisse