Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/269

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V

« Varvara Andréievna, dans ma jeunesse je m’étais fait un idéal de la femme que j’aimerais et serais heureux d’avoir pour compagne. J’ai vécu déjà de longues années et c’est maintenant, pour la première fois, que je l’ai rencontré. Je vous aime et vous demande votre main. » Serge Ivanovitch avait eu ses paroles sur les lèvres comme il se trouvait à dix pas de Varenka qui, agenouillée et se disputant un champignon avec Gricha, appelait la petite Macha.

— Par ici ! Par ici ! les petits ! Il y en a des quantités ! criait-elle de sa belle voix grave.

Elle ne se leva pas à l’approche de Serge Ivanovitch, mais tout dans sa personne témoignait qu’elle le sentait venir et s’en réjouissait.

— Avez-vous trouvé quelque chose ? lui deman-