Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/393

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il y va du bonheur et de l’existence d’Anna et de ses enfants. Je ne parle pas de moi, bien que ce me soit aussi très pénible, dit-il avec une expression de menace pour les souffrances qu’il endurait. Et voilà pourquoi, princesse, je m’attache à vous comme à l’ancre de salut. Aidez-moi à persuader Anna de la nécessité de demander le divorce.

— Bien volontiers, dit pensivement Daria Alexandrovna se rappelant vivement son dernier entretien avec Alexis Alexandrovitch. Bien volontiers, reprit-elle résolument, se rappelant Anna.

— Usez de votre influence sur elle ; faites qu’elle écrive. Je ne veux pas et je puis à peine aborder cette question avec elle.

— Oui, je lui en parlerai. Mais comment n’y pense-t-elle pas elle-même ? dit Daria Alexandrovna se rappelant tout à coup la nouvelle et étrange habitude d’Anna de fermer à demi les yeux.

Et elle se prit à penser qu’Anna faisait ce geste précisément quand la question touchait le côté intime de sa vie. « Comme si elle fermait les yeux sur sa vie afin de ne pas tout voir », pensa Dolly.

— Oui, certainement, pour moi et pour elle je lui parlerai, répéta Daria Alexandrovna répondant à son regard de reconnaissance.

Ils se levèrent et se dirigèrent vers la maison.