Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avons des invités et ne sommes pas seuls. Quand nous sommes arrivés ici, dès le premiers jours du printemps, nous étions seuls et je ne désirais rien de plus. Mais imagine-toi que je reste seule sans lui, seule, et cela arrivera… Je crains qu’il ne prenne l’habitude de s’absenter souvent, dit-elle en se levant et venant s’asseoir plus près de Dolly. Sans doute, reprit-elle interrompant Dolly qui voulait faire quelque objection, sans doute je ne le retiendrai pas de force, mais aujourd’hui ce sont les courses, ses chevaux courent et il y va… Je suis très heureuse, mais pense un peu à moi, songe à ma situation… Mais à quoi bon dire tout cela ?… Elle sourit. Eh bien, de quoi avez-vous causé ensemble ?

— D’un sujet que j’aurais abordé sans qu’il m’en parlât, c’est pourquoi il m’est facile d’être son avocat : de la possibilité… Daria Alexandrovna s’arrêta… d’améliorer ta situation… Tu sais ma manière de voir à ce sujet… mais enfin, si c’était possible, le mariage serait le mieux.

— C’est-à-dire le divorce ? Tu sais, dit Anna, la seule femme qui soit venue chez moi à Pétersbourg ce fut Betsy Tverskoï. Tu la connais ? Au fond c’est la femme la plus dépravée qui existe. Elle a trompé son mari de la façon la plus indigne avec Touchkévitch, eh bien ! elle m’a dit qu’elle ne me verrait plus tant que ma situation serait irrégulière. Ne crois pas que j’établisse de comparaison entre