Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/462

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXXI

Le nouvel élu et plusieurs autres personnes appartenant au parti triomphant dînaient ce jour-là chez Vronskï.

Celui-ci était venu aux élections, d’une part, parce qu’il s’ennuyait à la campagne et qu’il lui fallait affirmer son indépendance aux yeux d’Anna, d’autre part, pour remercier Sviajski, en lui apportant son concours aux élections, de toutes les démarches qu’il avait faites pour lui, aux élections des zemstvos, et surtout pour remplir strictement tous les devoirs que comportait la situation de gentilhomme et de propriétaire terrien qu’il s’était choisie.

Mais il ne s’attendait nullement à être intéressé, entraîné par ces élections, et à s’en acquitter aussi bien. Il était un nouveau venu parmi les gentilshommes, mais il avait obtenu un vrai succès, et il