Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les petites filles, tu as souri une troisième fois, tu as rayonné. Dis-moi, Michel, pourquoi une lumière émane de toi, et pourquoi tu as souri trois fois ?

Michel répondit :

— Je rayonne, parce que j’étais puni, et que Dieu m’a pardonné. J’ai souri trois fois parce que je devais apprendre trois paroles ; et j’ai appris les paroles. J’ai appris la première quand ta femme a eu pitié de moi ; alors j’ai souri pour la première fois. La deuxième parole, je l’ai apprise quand le richard est venu commander ses bottes. À présent, en voyant les fillettes, j’ai appris la dernière parole, et j’ai souri pour la troisième fois.

Simon questionna :

— Michel, dis-moi pourquoi Dieu t’avait châtié, et quelles sont ces paroles pour que je les sache aussi ?

Michel répondit :

— Dieu m’avait puni pour une désobéissance. J’étais un ange, au ciel, et j’ai désobéi. J’étais un ange du ciel, le Seigneur m’envoya sur la terre pour chercher une âme, l’âme d’une femme.

Je descendis sur la terre, et je vis une femme couchée, malade, qui venait de mettre au monde deux petites filles. Les enfants geignaient près de leur mère, trop faible pour les allaiter.

Quand elle me vit, elle comprit que Dieu demandait son âme ; elle pleura, supplia : « Ange de Dieu, mon mari a été tué, il y a trois jours, par la chute