Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


réussir : il voulait cesser de priser ; il avait même laissé chez lui sa tabatière, mais cela lui manquait. En route quelqu’un lui offre-t-il une prise ; alors chaque fois, il reste en arrière de son voisin pour ne pas lui donner l’exemple du péché, et il prise.

Efim Tarassitch marche d’un pas ferme. Il ne fait pas de mal, ne dit point de paroles inutiles, mais il ne se sent pas le cœur joyeux : il ne peut chasser de sa pensée les soucis domestiques. Il songe sans cesse à ce qui se passe chez lui. N’a-t-il pas oublié quelques recommandations à son fils ? Son fils fera-t-il comme il lui a été ordonné ?

Sur sa route il voit planter des pommes de terre, ou transporter du fumier, et il pense : « Fait-il comme je lui ai dit, le garçon ? »

Il retournerait volontiers lui montrer lui-même.