Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV

ILIAS


Il y avait dans la province d’Oufa un Baschkir nommé Ilias. À la mort de son père, Ilias n’était pas riche. Son père l’avait marié depuis un an à peine, quand il mourut. Ilias possédait alors sept juments, deux vaches et deux dizaines de moutons. Mais comme il était économe et laborieux, il ne tarda pas à accroître son bien. Il travaillait du matin au soir, aidé de sa femme. Il se levait tôt et se couchait plus tard que les autres, et sa fortune prospérait d’une année à l’autre. Et Ilias vécut ainsi en travaillant, pendant vingt-cinq ans, et il amassa une grande fortune. Il avait deux cents chevaux, cent cinquante têtes de gros bétail et douze cents moutons. Des serviteurs menaient paître les troupeaux, des servantes trayaient les juments et les vaches