Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol2.djvu/327

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV


Le jeune seigneur voulait visiblement demander quelque chose au paysan, il ne bougeait pas de son banc, et, indécis, regardait tantôt Tchouris, tantôt le poêle vide, non chauffé.

— Eh bien ! Vous avez déjà dîné ? — demanda-t-il enfin.

Sous les moustaches de Tchouris parut un sourire moqueur, comme s’il trouvait ridicule que le seigneur fit une question aussi sotte, et il ne répondit rien.

— Quel dîner, notre nourricier ? — dit la femme, avec un soupir pénible — nous avons mangé un peu de pain, et voilà notre dîner. Aujourd’hui, je n’ai pas eu le temps d’aller chercher de snitka [1] et alors il n’y avait pas de quoi faire le stchi [2], et j’ai donné aux enfants ce qui restait du kvass.

  1. Herbe comestible qui chez les paysans remplace le chou, ou en général les légumes.
  2. Stchi, sorte de soupe au choux.