Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dis que vous mourrez dans vos péchés ; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. dans votre erreur, si vous ne vous fiez pas à ce que je suis.
25. Alors ils dirent : Toi qui es-tu ? Et Jésus leur dit : Ce que je vous ai dit dès le commencement. Et ils lui dirent : Qui es-tu ? Et Jésus leur répondit : Avant tout je suis ce que je vous dis 1).
27. Ils ne comprirent point qu’il leur parlait du Père. Ils ne comprirent point ce qu’il leur disait du Père.

Remarques.

1) « Je suis ce que je vous ai dit d’avance : je suis la lumière et l’entendement » ou : « Je suis ce que je vous ai dit. Je suis mon enseignement. Je suis la voie et la vérité » comme il est dit après. Jean, viii, 26 : « J’ai beaucoup de choses à dire de vous et à condamner en vous ; mais celui qui m’a envoyé est véritable, et les choses que j’ai entendues de lui, je les dis dans le monde » Le sens de ce verset n’est pas clair.

Voici ce qu’en dit l’Église [1].

J’ai beaucoup de choses à dire. Ces paroles sont provoquées par la question des Juifs qui a interrompu le Seigneur. Après la réponse à la question posée le Seigneur reprend le discours commencé, v. 21-24. Il a exprimé la vérité, pénible pour le peuple, sur son triste état moral et sur ses dispositions, et maintenant il poursuit en disant qu’il a beaucoup de choses à dire sur l’état moral du peuple, pour le juger et dévoiler devant ses yeux tout l’abîme de sa chute morale, toute

  1. Les Interprétations des Évangiles par l’archevêque Mikhaïl, p. 297.