Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rapprocher au plus tôt. La direction de ma vie, mes désirs, devinrent tout autres, le bien et le mal se déplacèrent. Tout cela parce que je comprenais la doctrine du Christ autrement que je l’avais comprise jusque-là.

Je n’ai pas l’intention de commenter la doctrine du Christ, je veux seulement raconter comment j’en vins à comprendre ce qu’il y a de simple, de clair, d’évident dans cette doctrine, ce qui s’adresse à tous les hommes, et comment ce que je compris transforma mon âme et me donna la paix et le bonheur.

Je ne veux pas commenter la doctrine du Christ, je souhaiterais même qu’il fût interdit de le faire.

Toutes les Églises chrétiennes ont toujours reconnu que les hommes, inégaux au point de vue de l’instruction et de l’intelligence, — les savants et les ignorants, — sont égaux devant Dieu, et que la vérité divine est accessible à tous. Christ a même dit que Dieu a révélé aux ignorants ce qu’il cache aux savants.

Tous ne peuvent pas être initiés aux mystères profonds de la dogmatique, de l’homélitique, de la patristique, de la liturgique, de l’herméneutique, de l’apologétique, etc., mais tous peuvent et doivent comprendre ce que Christ enseigna aux millions de gens simples et ignorants qui ont vécu et à ceux qui vivent maintenant. Or, ce que Christ disait à tous ces gens simples qui ne pouvaient