Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/165

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sait : les hommes doivent être les propres artisans de leur bonheur, ici, dans cette ferme où ils se rencontrent ; ils se sont imaginé que ce n’était qu’une auberge, et que la ferme promise était quelque part ailleurs. Et voilà l’origine de cet étrange raisonnement qui proclame que les préceptes du sage sont admirables, qu’ils sont la parole de Dieu même, mais qu’il est actuellement difficile de les pratiquer.

Que les hommes cessent seulement de courir d’eux-mêmes à leur perte et d’attendre que quelqu’un vienne à leur aide : Christ sur les nuages, au son des trompettes, une loi historique quelconque, la loi de différentiation et d’intégration des forces. Personne ne viendra à leur aide s’ils ne s’aident eux-mêmes. Et pour s’aider soi-même il ne faut rien attendre ni du ciel, ni de la terre, mais cesser de travailler à sa propre perte.