Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol24.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


augmenter autour de lui le nombre des hommes qui suivraient son exemple.

La doctrine de Christ sur le travail et ses fruits trouve son expression dans le récit des cinq ou sept mille hommes rassasiés avec deux poissons et cinq pains. L’humanité jouira de la plus grande somme de bien-être accessible aux hommes sur la terre lorsque chacun, au lieu de s’efforcer de s’approprier le plus de choses possible et de tout consommer à lui tout seul, agira comme Christ l’a enseigné au bord de la mer.

Il fallait nourrir quelques milliers d’hommes. Un des disciples de Christ lui dit qu’il a vu chez un garçon quelques poissons ; il y avait en outre quelques pains apportés par les disciples. Jésus comprit que certains, parmi ces gens venus de loin, avaient apporté des provisions, tandis que d’autres n’en avaient pas. (La preuve que plusieurs d’entre les personnes présentes avaient apporté des provisions, c’est que, chez les quatre évangélistes, il est dit qu’après le repas les restes furent rassemblés dans douze paniers. Si personne n’avait rien apporté, excepté le garçon, par quel hasard aurait-on trouvé en cet endroit douze paniers ?) Si Christ n’avait pas fait ce qu’il a fait, c’est-à-dire le miracle d’avoir rassasié quelques milliers de gens avec cinq pains, tout se serait passé à cette occasion exactement comme cela se passe maintenant dans le monde. Ceux qui avaient des provisions