Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol3.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Erochka, évidemment, ne voulait pas exprimer clairement sa pensée. Il se tut un moment.

— Et toi, qu’en penses-tu ? Bois ! — cria-t-il en souriant et en tendant le vin.