Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol5.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vent, sur les pierres nues, gelées, le sifflement énergique d’Ignachka arrive clairement jusqu’à l’oreille, ainsi que le son roulant des clochettes et la quinte tremblante qui lui répond ; et ces sons, tout à coup, rompent agréablement la tristesse du désert, et ensuite, avec une fidélité insupportable, résonnent de nouveau les mêmes motifs monotones que je me rappelle involontairement. Une de mes jambes commençait à geler et quand je me tournai pour mieux m’envelopper, la neige amoncelée sur mon collet et mon bonnet, me tomba sur la nuque et me fit trembler. Mais en général j’avais encore chaud dans ma pelisse attiédie et le sommeil commençait à me gagner.