Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mur, et bravement, dans ses gros souliers, elle suivit le tapis de l’escalier.

Mon cher, vous m’avez promis, — dit-elle de nouveau à son fils en lui touchant le bras. Le fils la suivait docilement, les yeux baissés.

Ils entrèrent dans la salle dont une des portes menait dans les chambres du prince Vassili.

Pendant que la mère et le fils, arrêtés au milieu de la salle, voulaient demander le chemin à un vieux valet de chambre qui se leva de sa place à leur entrée, le bouton de cuivre de l’une des portes tourna, et le prince Vassili, en douillette de velours fourrée, avec une seule décoration, sortit en reconduisant un beau monsieur aux cheveux noirs.

Ce monsieur était le célèbre docteur de Pétersbourg, Lorrain.

C’est donc positif ? — demanda le prince.

Mon prince, « errare humanum est, » mais… — répondit le docteur en grasseyant et en prononçant les mots latins à la manière française.

C’est bien, c’est bien…

En apercevant Anna Mikhaïlovna avec son fils, le prince Vassili avec un salut, laissa partir le docteur, et, en silence, mais d’un air interrogateur, il s’approcha d’eux. Le fils remarqua qu’une douleur profonde s’exprimait spontanément dans les yeux de sa mère. Il eut un sourire imperceptible.

— Oui, dans quelle triste circonstance nous ren-