Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



II

Le salon d’Anna Pavlovna commençait peu à peu à s’emplir. La haute société de Pétersbourg arrivait, c’est-à-dire des personnes les plus diverses par l’âge et le caractère, mais tout à fait du même milieu. C’étaient : la fille du prince Vassili, la belle Hélène, qui venait chercher son père pour aller avec lui à la fête de l’ambassadeur ; — elle était en robe de bal avec le chiffre des demoiselles d’honneur ; — puis la jeune petite princesse Bolkonskaia, connue comme la femme la plus séduisante de Pétersbourg, mariée l’hiver dernier ; — maintenant, à cause de sa grossesse, elle ne pouvait sortir dans les grandes réceptions et ne fréquentait que les petites soirées ; et aussi le prince Hippolyte, fils du prince Vassili, avec Mortemart qu’il présentait, et encore l’abbé Morio et beaucoup d’autres.

— Vous n’avez pas encore vu, ou vous ne con-