Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


 « … Et haut et loin.
Au pays natal… »

Jerkov éperonna son cheval qui se cabra trois fois ne sachant de quel pied partir ; enfin, il se décida et galopant aussi en mesure de la chanson, il dépassa la compagnie et rattrapa la voiture.