Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Permettez-moi de regarder cette bourse, prononça-t-il à voix basse, presque indistincte.

Avec des regards fuyants, mais les sourcils toujours levés, Telianine tendit la bourse.

— Oui une très jolie bourse… Oui, oui — dit-il tout à coup en pâlissant. — Regardez-la, jeune homme.

Rostov prit la bourse, la regarda, regarda l’argent qui s’y trouvait, puis Telianine. Le lieutenant, comme à l’habitude, promenait ses regards autour de lui, et tout à coup, il parut très gai.

— Quand nous serons à Vienne je laisserai tout là-bas ; mais pour le moment, ici, dans cet affreux village, il n’y a même pas où dépenser. Eh bien, rendez-la moi. Jeune homme, je m’en irai.

Rostov se tut.

— Et vous aussi, pour déjeuner ? On ne mange pas mal, — continua Telianine — mais donnez donc.

Il tendit la main et prit la bourse.

Rostov la laissa. Telianine la mit dans la poche de son pantalon, ses sourcils se soulevèrent et sa bouche s’ouvrit comme pour dire « Oui, je mets ma bourse dans ma poche, c’est bien simple, et personne n’a rien à y voir. »

— Eh bien, jeune homme, dit-il en soupirant et en fixant les yeux de Rostov, en dessous des sourcils soulevés. Une lueur rapide comme l’étin-