Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/349

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


et vous vantez votre victoire !… Avouez qu’on ne peut inventer rien de plus agaçant que cette nouvelle que vous nous apportez. C’est comme un fait exprès, comme un fait exprès. De plus, si vous remportiez vraiment une victoire brillante, si même l’archiduc Charles remportait la victoire, est-ce que cela changerait quelque chose dans la marche des affaires ? Il est déjà tard maintenant que Vienne est occupée par les troupes françaises.

— Comment, occupée ? Vienne occupée ?

— Non seulement occupée, mais Bonaparte est actuellement à Schœnbrünn, et le comte, notre charmant comte Wrbna, va chez lui recevoir des ordres.

Bolkonskï, après la fatigue et les impressions du voyage, après l’accueil et surtout après le dîner, sentait qu’il ne comprenait pas toute l’importance des paroles entendues.

— Ce matin le comte Lichtenfeld était ici, — continua Bilibine, — il m’a montré la lettre où est écrite en détails, la réception des Français à Vienne. Le prince Murat et tout le tremblement… Vous voyez que votre victoire n’est pas très joyeuse et que vous ne pouvez être accueilli en sauveur…

— Vraiment, pour moi, cela m’est égal, absolument égal, — fit le prince André qui commençait à comprendre que la nouvelle de la victoire sous Kremsk était en effet assez mince envers un évé-