Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IX

Le lendemain de la revue, Boris, vêtu de son plus bel uniforme et accompagné des souhaits de son camarade Berg, partit à Olmütz, chez Bolkonskï, afin de profiter de sa bonne grâce pour se faire une meilleure situation et surtout devenir aide de camp d’un personnage important, ce qui lui semblait particulièrement désirable dans l’armée. « C’est bien facile à Rostov, à qui le père envoie des dizaines de mille roubles, de dire qu’il ne veut s’humilier devant personne et qu’il ne sera le valet de personne, mais moi qui n’ai que ma tête, je dois faire une carrière et ne pas laisser échapper les occasions mais en profiter. »

À Olmütz il ne trouva pas ce jour-là le prince André, mais l’aspect de la ville où se tenait le quartier général, le corps diplomatique, et où demeuraient les deux empereurs avec leur suite de