Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


son fils et son mari, faisait une patience avec la vieille femme d’un gentilhomme, qui vivait chez eux. Denissov, les yeux brillants, les cheveux en désordre, était assis près du clavecin, les jambes écartées ; de ses doigts courts, il frappait le clavecin et prenait des accords ; les yeux levés, il chantait de sa voix faible, rauque, mais juste, des vers composés par lui, « La Magicienne », auxquels il voulait trouver la musique :


« Magicienne, dis quelle force
M’entraîne vers les accords délaissés.
Quel feu as-tu jeté sur mon cœur,
Quel enthousiasme s’est répandu dans mon être. »


Il chantait d’une voix passionnée, en fixant sur Natacha, effrayée et heureuse, ses yeux noirs brillants.

— C’est beau ! admirable ! criait Natacha. Encore l’autre couplet, dit-elle sans remarquer Nicolas.

— Ici, toujours la même chose, — pensa Nicolas, en regardant le salon où il aperçut Véra et sa mère avec la vieille dame.

— Ah ! voilà Nikolenka !

Natacha courut vers lui.

— Papa est à la maison ? demanda-t-il.

— Comme je suis heureuse que tu sois venu ! dit Natacha sans répondre ; nous sommes si gais. Vassili Dmitrievitch est resté une journée de plus pour moi, tu sais ?