Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol8.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le soir, des serviteurs du prince Vassili arrivèrent d’avance, et le lendemain, le prince lui-même vint avec son fils.

Le vieux Bolkonskï n’avait jamais eu très grande opinion du caractère du prince Vassili et surtout dans les derniers temps, quand le prince Vassili, sous le nouveau régime de Paul et d’Alexandre, avait avancé beaucoup dans les grades et les honneurs. Et maintenant, aux allusions de la lettre et de la petite princesse, le prince Nicolas Andréiévitch comprit de quoi il s’agissait et son opinion médiocre du prince Vassili se transforma dans son âme en un sentiment de mépris hostile. Il reniflait toujours en parlant de lui.

Le jour de l’arrivée du prince Vassili, le prince Nicolas Andréiévitch était particulièrement grincheux et de mauvaise humeur. Était-il de mauvaise humeur à cause de la venue du prince Vassili, ou était-il particulièrement mécontent de son arrivée parce qu’il était de mauvaise humeur ? en tout cas, il était de mauvaise humeur et Tikhone, dès le matin, dissuada l’architecte d’aller porter le rapport au prince.

— Vous entendez comme il marche, disait Tikhone en attirant l’attention de l’architecte sur le bruit des pas du prince. — Il marche sur la plante du pied ; nous savons déjà…

Cependant à neuf heures, comme à l’habitude, le