Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol9.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XIX

Le lendemain, le prince André alla faire quelques visites chez des personnes où il n’était pas encore allé, et entre autres chez les Rostov, avec qui il avait renouvelé connaissance au dernier bal. Outre la règle de politesse selon laquelle il devait faire visite aux Rostov, il voulait voir chez elle cette jeune fille originale, animée, qui lui avait laissé un souvenir si agréable.

Natacha le rencontra une des premières. Elle avait une robe bleue, dans laquelle elle parut au prince André encore mieux qu’au bal. Elle et toute sa famille reçurent le prince André comme un vieil ami, très simplement et cordialement. Toute la famille, que le prince André jugeait autrefois si sévèrement, lui semblait maintenant composée de gens très bons, très simples et très doux. L’hospitalité et la bonhomie du vieux comte, particulièrement charmante à Pétersbourg, était telle que le