Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol9.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Non, si tu savais comme c’est blessant…

— Ne dis pas cela, Natacha, tu n’es pas coupable, alors qu’est-ce que cela te fait ? Embrasse-moi.

Natacha leva la tête, embrassa son amie sur les lèvres et appuya contre elle son visage mouillé.

— Je ne puis dire, je ne sais pas, personne n’est coupable. Je suis coupable. Mais tout cela est pénible, affreux. Ah ! pourquoi ne vient-il pas !… disait Natacha.

Elle avait les yeux rouges quand elle descendit pour dîner. Maria Dmitrievna qui savait comment le prince avait reçu les Rostov feignit de ne pas remarquer le visage attristé de Natacha et, pendant le dîner, plaisanta à haute voix avec le comte et les autres convives.