Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol9.djvu/433

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XXI

Pierre alla chez Maria Dmitrievna pour lui faire part de la réalisation de son désir, l’expulsion de Kouraguine de Moscou. Toute la maison était dans la crainte et l’émotion. Natacha était très malade et, comme Maria Dmitrievna le lui confia en secret, la nuit, quand on lui eut appris qu’Anatole était marié, elle avait tenté de s’empoisonner avec de l’arsenic qu’elle s’était procuré en cachette. En ayant avalé un peu, elle avait été si effrayée qu’elle avait réveillé Sonia, et lui avait dit ce qu’elle venait de faire. Les mesures nécessaires contre l’empoisonnement avaient été prises à temps, et maintenant, elle était hors de danger ; toutefois, elle était si faible, qu’on ne pouvait même penser à l’emmener à la campagne, et qu’on avait envoyé chercher la comtesse. Pierre vit le comte bouleversé et Sonia en larmes, mais il ne put voir Natacha.

Pierre ce jour-là dîna au cercle. De tous côtés il