Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol9.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


riger soi-même afin d’y pouvoir participer ; 3o corriger le genre humain par le désir de cette purification. Quel est le but principal, le premier, parmi ces trois ? Sans doute le perfectionnement et la purification personnels ; à ce but seulement nous pouvons toujours aspirer, indépendamment de toutes les circonstances. Mais en même temps, il exige de nous la plus grande somme d’efforts. Lorsque nous péchons par orgueil, nous perdons de vue ce but : nous étudions un mystère que nous sommes indignes de pénétrer, vu notre impureté, et nous nous mettons à corriger le genre humain quand nous-mêmes offrons l’exemple de la lâcheté et de la débauche. L’illuminisme n’est pas une doctrine pure, précisément parce qu’elle pousse à l’activité sociale, et elle est pleine d’orgueil. Pour cette cause, Joseph Alexéiévitch a blâmé mon discours et toute mon activité. Au fond de mon âme, j’étais d’accord avec lui. À propos de notre conversation sur mes affaires de famille, il m’a dit : « Le devoir principal du vrai maçon, comme je l’ai dit, consiste à se perfectionner soi-même. Mais souvent nous pensons qu’en éloignant de nous toutes les difficultés de notre vie nous atteignons plus rapidement ce but ; au contraire, me dit-il, ce n’est qu’au milieu des complications mondaines que nous pouvons atteindre trois buts principaux : 1o la connaissance de nous-même, car l’homme ne peut se connaître que par comparaison ; 2o le perfectionnement, qui ne s’ob-