Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol9.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


charmante et en outre belle, extraordinairement belle, habile. Elle nage, monte admirablement et quelle voix ! Il n’y a pas à dire, une voix superbe ! » Elle chanta sa phrase favorite de l’opéra de Chérubini, se jeta sur son lit, rit à la pensée joyeuse qu’elle allait dormir tout de suite, appela Douniacha pour éteindre la bougie, et Douniacha n’avait pas encore eu le temps de sortir de la chambre qu’elle était déjà passée dans l’autre monde plus heureux, dans ce monde des rêves, où tout était si facile et beau comme en réalité, mais encore mieux, parce que c’était autrement.




Le lendemain, la comtesse invita Boris à causer avec elle et, depuis, il cessa de fréquenter les Rostov.