Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol1.djvu/253

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


point de vue, sur certaines choses, est complètement changé ? Les objets que nous avons vus jusqu’ici, subitement se tournent vers nous d’un côté que nous ne connaissions pas.

Pour la première fois, un semblable changement moral s’opéra en moi pendant notre voyage, à partir duquel je place le commencement de mon adolescence.

Pour la première fois, très clairement m’est venue en tête la pensée que nous, c’est-à-dire notre famille, nous vivons dans le monde pris par tous les intérêts qui s’agitent autour de nous, mais qu’il existe un autre aspect des hommes, qui n’a rien de commun avec nous, qui ne s’occupe pas de nous et qui n’a pas même l’idée de notre existence. Sans doute je savais auparavant tout cela, mais je n’en avais jamais eu conscience comme maintenant.

L’idée ne se transforme en conviction que par une certaine voie, souvent tout à fait inattendue et différente de celles que suivent d’autres esprits pour arriver à la même conviction. La conversation avec Katenka, qui m’avait bouleversé si fortement et me forçait à réfléchir à son avenir, fut pour moi cette voie. En regardant les villages et les villes que nous traversions, et dans chaque maison desquels vivait au moins une famille comme la nôtre, en remarquant les femmes et les enfants qui, avec curiosité, regardaient l’équipage,