Page:Tolstoï - Carnet du Soldat, trad. Bienstock.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


SUPPLÉMENT


Voici les dernières corrections faites par L.-N. Tolstoï à l’article sur la tolérance religieuse pendant sa dernière maladie, au commencement de février 1902.

À la fin du chapitre III, il faut ajouter :

« Tout cela, c’est non seulement le bavardage vide, mais le bavardage nuisible qui jette de nouveau l’encens dans les yeux de ceux qui commencent à s’affranchir de la tromperie. »

Nouvelle version de la fin du chapitre IV :

Après les mots : « L’Église……… qui agit le plus rapidement, la violence, » il faut ajouter :

« L’Église ayant partie liée avec le pouvoir employa toujours la violence — violence dissimulée — mais néanmoins sûre et efficace. Par la force, elle préleva les impôts sur tous, sans se soucier aucunement de l’accord ou du désaccord de ses contribuables avec les préceptes religieux. Le culte extérieur lui a suffi.

Recueillant l’argent par la violence, elle obtenait ainsi l’hypnotisme le plus fort pour imposer sa foi parmi les enfants et les adultes. Et quand ce moyen fit défaut, elle employa tout simplement la force du pouvoir. Aussi, dans l’Église soutenue par l’État aucune idée de tolérance re-