Page:Tolstoï - Correspondance inédite.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À MONSIEUR ROMAIN ROLLAND[1]


4 octobre 1887.

Cher frère !

J’ai reçu votre première lettre. Elle m’a touché le cœur. Je l’ai lue les larmes aux yeux. J’avais l’intention d’y répondre, mais je n’en ai pas eu le temps, et, d’autant plus, qu’outre les difficultés que j’éprouve à écrire en français, il m’aurait fallu écrire tres longuement pour répondre à vos questions, dont la plupart sont basées sur un malentendu.

  1. Cette lettre fut publiée dans les Cahiers de quinzaine, 9e cahier de la 3e série, 1902. Nous adressons nos vifs remerciements à MM. Romain Rolland et Charles Peguy qui nous ont gracieusement autorisé à reproduire cette lettre, écrite en français par Tolstoï.