Page:Tolstoï - Correspondance inédite.djvu/247

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


AUX DOUKHOBORS DU CAUCASE[1]


1898.

Chers frères qui souffrez pour la doctrine du Christ.

Notre frère I. P. N. en rentrant à la maison est venu chez moi, et je voudrais vous écrire que je ne suis pas seul, mais que beaucoup, beaucoup de personnes, chez nous et à l’étranger, s’intéressent à vous et craignent pour vous.

Si Dieu le permet, nous vous enverrons, pour vous, vos enfants, vos femmes, vos vieillards, vos malades, l’aide que nous pourrons,

  1. Tout le monde connait la part active que prit Tolstoï dans la lutte désespérée des Doukhobors contre le gouvernement russe. Nous donnons ici quelques-unes des lettres les plus remarquables écrites par Tolstoï aux Doukhobors et à leur chef Pierre Vériguine, pendant cette période (Voir Paroles d’un homme libre et Tolstoï et les Doukhobors. Édition P. V. Stock.