Page:Tolstoï - Correspondance inédite.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


AU JAPONAIS IZO-ABE[1]


Cher ami Izo-Abe,

C’est avec une grande joie que j’ai reçu votre lettre et votre revue avec l’article anglais ; je vous en remercie sincèrement.

Je n’avais jamais douté qu’il n’y eût au Japon

  1. Cette lettre a été écrite en anglais, par le comte Tolstoï, en réponse à la lettre suivante du japonais Izo-Abe.

    « Heimi Shimbun Sha »
    « Tokio, 4 septembre 1904.

    « Cher monsieur Tolstoï,

    « Je pense que vous ne serez point contrarié de ce que je vous appelle monsieur sans y joindre votre titre, mais je regarde comme un grand enfantillage de distinguer les hommes par des titres. Je vous écris pour vous dire que votre précieux article sur la guerre russo-japonaise, publié dans le Times de Londres, vient de paraître, en traduction japonaise, dans notre revue Heimin-Shimbun Sha, ce qui signifie : Le peuple ouvrier. J’ai le grand plaisir de vous adresser deux numéros de notre revue ; dans l’un d’eux vous trouverez votre article traduit en japonais ; dans l’autre, un court article en anglais, sur vous-même.

    « Nous sommes des socialistes et en même temps des adversaires de la guerre. Il nous est difficile de combattre la guerre, mais, malgré les poursuites, nous faisons tout ce que nous pouvons.

    « J’espère que vous serez longtemps en bonne santé et continuerez la lutte contre la guerre.

    « Je reste bien vôtre,

    Izo-Abe. »