Page:Tolstoï - Correspondance inédite.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


EXTRAIT
D’UNE LETTRE ÉCRITE À UN MAHOMÉTAN


... Devenons Tchouvaches et écoutons, non pas deux prophètes (il n’existe pas de prophètes), mais deux hommes.

L’un dit au Tchouvache : « Sens-tu quelque chose en toi sauf ton corps ? »

N’importe quel Tchouvache répondra qu’il sent quelque chose de spirituel, de puissant et d’aimant.

Alors il lui demandera :

— « Cet être moral que tu sens en toi, est-il omnipotent ? »

Le Tchouvache dira que non, qu’il sent que cet être est borné. Nous lui dirons alors : — « Mais si cet être que tu connais en toi est borné, il doit exister un être semblable, infini. Eh bien, cet être infini, c’est Dieu, dont l’essence, en toi, te paraît bornée, et qui, comme un être infini, t’embrasse, de sorte que tu te trouves en lui. »