Page:Tolstoï - Correspondance inédite.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRES DIVERSES


Vous dites que le terme et la conception : « le perfectionnement de soi-même », ne vous plaisent pas, de même que le mot « perfectionnement » que vous trouvez trop vague et trop large. Je le comprends. J’y ai précisément pensé, et il y a là un lien avec la question sur les formes de la vie (la parabole du jardinier qui ne paie pas la redevance et les talents). La vraie vie est donnée à l’homme à deux conditions : la première, qu’il fasse le bien à son prochain (et le bien n’est qu’un : augmenter ]’amour parmi les hommes, nourrir un affamé, visiter un malade, etc., tout cela seulement pour augmenter l’amour parmi les hommes) ; la deuxième, qu’il augmente la force de l’amour qui lui est donné. L’une des con-