Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


du peuple, lorsqu’ils n’éprouvent pas ce sentiment, se croient coupables et s’efforcent de s’y accoutumer, quelque antipathique qu’il leur soit.

Mais qu’est-ce donc que ce prétendu sentiment sublime qu’il faut enseigner aux gens du peuple ?

Ce sentiment n’est autre chose que la préférence accordée par chacun à son propre pays comparé à tous les autres, et il s’exprime parfaitement dans cette chanson allemande : Deutschland, Deutschland über Alles (L’Allemagne, l’Allemagne par-dessus tout au monde) ; remplacez seulement Allemagne par le nom d’un État quelconque, et vous aurez la formule complète du patriotisme. Il est possible qu’un pareil sentiment soit très désirable et très