Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


rie du patriotisme, lequel leur est nécessaire pour assurer leur avantageuse situation. Et, comme les moyens de duperie sont plus forts et les dupeurs plus nombreux, la duperie réussit encore en dépit des difficultés qu’elle rencontre, et se maintient toujours la même.

Il y a cent ans, le peuple illettré, qui n’avait aucune idée sur la nature du Gouvernement, ni sur les peuples voisins, obéissait aveuglément aux nobles et aux fonctionnaires de sa province dont il était le serf ; il suffisait, par suite, au Gouvernement, d’acheter par des pots-de-vin et des honneurs ces nobles et ces fonctionnaires, pour forcer le peuple à faire ce qu’il exigeait de lui. Maintenant que le peuple sait généralement lire, et sait plus ou moins quel