Page:Tolstoï - La Puissance des tenebres.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


SCÈNE PREMIÈRE

PETR, ANISSIA, AKOULINA

(Celles-ci chantent à l’unison.)


PETR (en regardant par la fenêtre).

Les chevaux se sont encore sauvés. Si on allait tuer le poulain !... Mikita[1] ! Hé ! Mikita ! Es-tu sourd ?

(Il tend l’oreille ; puis s’adressant aux babas :)

Assez chanté vous autres : on n’entend rien.

La voix de NIKITA (de la cour).

Quoi ?

PETR

Rentre les chevaux !

LA VOIX DE NIKITA

Je vais les rentrer. Laisse-m’en le temps.

PETR (hochant la tête).

Ah ! ces ouvriers !... Si j’avais ma santé, jamais je n’en prendrais ! Avec eux, rien que le péché !...

(Il se lève, puis se rassied.)

  1. Prononciation populaire du mot Nikita.