Page:Tolstoï - La Puissance des tenebres.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


allons enfin te marier, qu'il dit, et te garder chez nous.


ANISSIA

Eh bien ! marie-toi ; qu'est-ce que cela me fait ?


NIKITA

Ah ! c'est comme ca ! Moi qui cherchais ? arranger l'affaire au mieux, et voilà? qu'elle m'ordonne de me marier. Et pourquoi ?...

(Avec un clignement d?'oeil.)

Tu as donc oublié ?...


ANISSIA

Hé? ! marie-toi donc ! Qu'ai-je à faire de toi ?


NIKITA

Pourquoi donc cette mine hargneuse ? Vois-tu ? Elle ne veut mi?me pas que je la caresse ! Qu'as-tu donc ?


ANISSIA

Ce que j'ai ?... C'est que tu veux m'abandonner... Et si tu veux m'abandonner, je n'ai que faire de toi. Voilà tout ce que j'ai à te dire.


NIKITA

Assez, Anissia ! Est-ce que je veux t'oublier ? Jamais de la vie ! Absolument non, pour ainsi dire, je ne t'abandonnerai pas... Je cherche, je cherche,