Page:Tolstoï - La Puissance des tenebres.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


MARINA

C’est cola, je vois quo tu veux m’abandonner; ne te rappelles-tu pas?...

NIKITA

Quoi me rappeler ?... Elles no le savent pas elles- m?mes. Tu te mets derri/?re le coin, tu d?pf?ches Anioutka... J’ai refus6 de me rendre ,? ton appel, �c’est quo je n’ai quo faire do toi, tout simplemerit. Eh bien ! alors, va-t’en.

MARINA

Tu n’as plus que faire de moi, maintenant ! J’ai cru quo tu m’aimcrais... Et ? present que tu m’as perdue, tu Was plus que faire de moi!

NIKITA

Tu parlos pour rien. C’est bien inutile... Tu en as cont? ? men p/?re. Ya-t’on,jc te prie !

MARINA

Tu sais bien toi-m?me que je n’ai aim? personrio que toi. Que tu m’(?pouscs, ou non, je ne fen vou- drai pas... Je n’ai jamais cu aucun tort envers toi: pourquoi no m’aimes-tu plus ? pourquoi?

NIKITA

Assez versé de vide dans le vide[1] ! Va-t’en. Quelle folle !

  1. C’est à dire bavarder. Traduction littérale.