Page:Tolstoï - Le salut est en vous.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Cette déclaration a eu lieu dans les circonstances suivantes : William Lloyd Harrison, examinant en 1838, dans une Société d’Amérique pour l’établissement de la paix parmi les hommes, les moyens propres à faire cesser la guerre, arriva à cette conclusion que la paix universelle ne peut être basée que sur la reconnaissance publique du commandement de la non-résistance au mal par la violence (Saint Mathieu, V, 39) dans toutes ses conséquences, ainsi que le pratiquent les quakers, avec lesquels Harrison était en relations amicales. Étant arrivé à cette conclusion, il a composé et proposé à la Société la déclaration suivante, qui a été signée en 1838, par plusieurs de ses membres.

Déclaration de principes acceptée par les membres de la Société fondée pour l’établissement entre les hommes de la paix universelle.
Boston, 1838.

Nous, soussignés, considérons de notre devoir, par rapport à nous-mêmes et à l’œuvre chère à notre cœur, par rapport au pays dans lequel nous vivons et au monde entier, de proclamer notre foi, en exprimant les principes que nous professons, le but que nous poursuivons, et les moyens que nous avons l’intention d’employer pour arriver à une révolution bienfaisante, pacifique et générale.

Voici nos principes :

Nous ne reconnaissons aucune autorité humaine. Nous ne reconnaissons qu’un roi et législateur, qu’un juge et chef de l’humanité. Notre patrie est le monde entier ; nos compatriotes sont tous les hommes. Nous aimons tous les pays autant que le nôtre, et les droits de