Page:Touchatout - Le Trombinoscope, Volume 1, 1871.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les républicains de la veille et ceux du lendemain, surtout en fait de fonctionnaires ; il ne voulait pas que la République se laissât duper par les dévouements de fraîche date et de mauvais teint ; on n’avait pas encore inventé dans les feuilles de joie, l’aimable bourde de la République sans républicains ; mais il la devinait et il en pressentait le danger. — Réélu à la législative par cinq départements, Ledru-Rollin combattit l’admission du prince Napoléon à la Chambre et défendit la République romaine ; à la suite de l’insurrection du 13 juin, il fut obligé de passer en Angleterre et fut condamné par contumace à la déportation. Enfin, en 1857, impliqué dans le complot Mazzini, il fut une seconde fois condamné à sortir du pays dont il était dehors depuis huit ans.

Nous avons payé à M. Ledru-Rollin notre tribut d’admiration ; il nous reste à en faire justice. Après le 4 septembre 1870, qui lui rouvrait toutes grandes les portes de la France, on s’attendait, et on en avait bien le droit, à ce que M. Ledru-Rollin consacrât ce qui lui restait de forces et de talent à la cause républicaine. Malgré toutes les avances qui lui furent faites, il refusa de se mêler au mouvement. Quelles furent les raisons de cette désertion ? Peu nous importe, puisqu’il ne peut pas y en avoir de bonnes à nos yeux. On a prétendu que M. Ledru-Rollin devenu riche et heureux, ne voulut plus courir les dangers de la politique. Nous connaissions les bonnetiers retirés de la bonneterie après cession de fonds, mais pas encore les républicains retirés de la République après fortune faite. Ainsi-soit-il !… que M. Ledru-Rollin soit heureux à Fontenay-aux-Roses où il possède, dit-on, une superbe propriété. Un de plus un de moins !… la république n’en est plus à compter les hommes qu’elle a perdus, et parmi ses morts, les morts-vivants sont encore ceux qu’elle oublie le plus facilement.

Au physique, M. Ledru-Rollin est d’une taille imposante, l’expression du visage est hardie ; on n’aurait jamais pensé qu’un tel homme pût unjour porter des bretelles, et mourir horticulteur sous une République.

Mai 1872.

NOTICE COMPLÉMENTAIRE

DATES À REMPLIR
PAR LES COLLECTIONNEURS DU TROMBINOSCOPE

M. Ledru-Rollin s’éteint tranquillement le... 19... Deux heures avant sa mort, il taillait encore ses rosiers. On écrit sur sa tombe : Il fut bon citoyen, bon père, bon époux et bon républicain ; mais il sut s’arrêter à temps dans la crainte de l’être par les gendarmes.


LA BIOGRAPHIE, 15 CENTIMES. — PROVINCE, SOUS ENVELOPPE, 20 CENTIMES.

Pour les collections, s’adresser au bureau de l’Éclipse, 16, rue du Croissant.


PARIS. — IMPRIMERIE VALLÉE, RUE DU CROISSANT, 16.