Page:Touchatout - Le Trombinoscope, Volume 1, 1871.djvu/218

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


restait de son empire, d’inaugurer une politique libérale. — Il inonde son peuple de toutes les libertés dont il l’avait mis à sec quelque temps auparavant, et signifia au clergé d’avoir à l’avenir à ne s’occuper que de ce qui le regardait. Les républicains ne le reconnaissaient plus et Louis Veuillot se demandait s’il avait été piqué par une mauvaise mouche. — Ces réformes portèrent leur fruit, et François-Joseph, avec son territoire amoindri, put faire reprendre à l’Autriche, sinon son ancien rang, du moins une place assez respectable en Europe ; ce qui prouve une fois de plus qu’une nation n’est pas si grande par la place qu’elle occupe sur le globe, que par l’emploi qu’elle sait en faire. — Aujourd’hui François-Joseph s’occupe, sans rancune, de resserrer les liens d’amour qui l’unissent au roi de Prusse. Ils ont ensemble des entrevues fraternelles, où règne la cordialité ordinaire entre gens qui n’attendent qu’un prétexte pour se manger le nez, mais qui veulent choisir leur moment. — En 1860, François-Joseph a failli être assassiné par un Hongrois qui l’a atteint au cou, mais a manqué le sien.

Au physique, François-Joseph est un homme vulgaire. Né, par hasard, sur les marches d’un trône, il avait tout ce qu’il fallait pour le mettre à l’encaustique au besoin. Il a crée un ordre qui porte son nom, ce qui est encore plus facile que d’inventer une fermeture commode pour les boites à allumettes. — Il voyage beaucoup dans ses États et cherche à reconquérir l’amour de son peuple en l’abreuvant de grâces et d’amnisties ; en un mot, il a fait beaucoup de mal à ses sujets ; mais puisqu’il le leur pardonne, ils n’ont rien à dire.

Septembre 1872.

NOTICE COMPLÉMENTAIRE

DATES À REMPLIR
PAR LES COLLECTIONNEURS DU TROMBINOSCOPE

François-Joseph continue à faire l’inimaginable pour entretenir avec Guillaume et Alexandre des bons rapports basés sur une défiance réciproque. — Il est invité à dîner à Berlin le... 18... Il y va ; mais, par précaution, ne prend que sa chaîne de montre en aluminium. — À son tour, le... 18..., il invite Guillaume et Alexandre à déjeuner ; mais donne ordre de ne servir que dans du Ruolz. — Enfin, le... 18..., après avoir conclu avec Guillaume et Alexandre une triple alliance pour ramener Henri V en France, il sort de chez lui à la tête de ses armées. La République profite de la circonstance pour tirer le verrou en dedans, et lorsqu’il va pour rentrer à Vienne, il trouve la porte fermée. — Furieux, il va le... 18... demander un coup de main, pour l’enfoncer, à Alexandre et à Guillaume, et les rencontre en chemin qui venaient justement le prier de leur rendre le même service. Ils vont tous les trois retrouver Vélocipède Père à Chislehurst, et le... 19... François-Joseph meurt en faisant un piquet à trois avec Guillaume et Alexandre, qui le volaient tous les deux à la marque pendant qu’il reprenait lui-même dans son écart.


LA BIOGRAPHIE, 15 CENTIMES. — PROVINCE, SOUS BANDE, 20 CENTIMES.

PARIS. — Imprimerie Auguste VALLÉE, 16, rue du Croissant.